AccueilGroupesS'enregistrerConnexion



 
FORUM fermé.

Partagez | 
 

 [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Samuel Walker
avatar



Articles : 564
Côté coeur : célibataire endurci mes pauvres enfants avec mon boulot je peux pas me permettre autre chose que des coups d'un soir!
Job : Agent de la CIA - Nom de couverture Ethan Lynch, job: garde du corps de Thomas Adams
Copyright : (c)So


Feuille de personnage
Tes rps en cours:
Dans ton ipod:
Tes passions:

MessageSujet: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Dim 26 Oct - 18:52

J'ai envie de rentrer, il est quelle heure? T'as pas envie de rentrer toi? Quoi que je sais pas non plus.. parce que rentrer signifie te laisser sur ton porche le coeur lourd. La compagnie futile de ces gens semble t'avoir lassée, moi ça fait un moment que c'est le cas. J'ai fusillé du regard le chaperon rouge, le vampire aux yeux blanc et madame la marquise pour t'avoir trop approché trop accaparé, mais que pouvais je bien dire? La triste vérité se dessine sous mes yeux et je ne sais plus qui je suis pour te dire quoi que ce soit. Remarquez ma dernière tentative avait provoqué cette situation... Je fais semblant de participer aux festivités, mais le coeur n'y est pas et les quelques rares mots que je lâche finissent par lasser les autres et se rabattre sur toi. J'ai même eu le droit à un regard de travers de la part de princesse Leia quand je me suis presque caché derrière mon bouclier alors que l'ivresse semblait vouloir montrer à tout le monde à quel point elle aimait mon costume. On déambule dans les couloirs, seuls et entourés de monde, pour finir dans une grande salle, de bal visiblement, des films projetés sur les murs, un décor sompteusement bien réalisé pour l'occasion. Je te suis vers le buffet et ne cache pas avoir besoin d'un petit verre. -ewww. lâchais je en regardant la nourriture et les boissons fluorescentes que je sentais avant de mettre dans un verre. Je jette un oeil à Thomas -ça fait vieux jeu si je dis que c'est pas appetissant du tout? Je grimace avant de tendre mon verre vers le siens, on a rien à fêter, a part Halloween apparement, mais je peux bien tenter une trève? -bonne chance hein! lâchais je sur un ton qui se voulait amusé en regardant et désignant le contenu de son verre. Une belle grimace, les yeux clos j'avale la première gorgée du miens. -ah... c'est d'la vodka apparement... je lui tend mon verre et me penche au dessus du tiens. -et toi t'as quoi? Remercions les boissons étranges et fumantes aux couleurs pas naturelles de me permettre de lancer un semblant de discussion. Je relève les yeux vers son visage présent découvert de son masque, un sourire étire mes lèvres, l'admiration, la béatitude, je pensais pas que le liner noir et les cheveux long lui iraient aussi bien. -t'aurais fait un super gothique je désignais son visage d'un geste vague de la main -fin... il t'vas super bien ce costume.. parler bas et vite avant d'engloutir son verre pour se planquer. Trop tot pour les compliments? peut être... en tout cas j'ai trop peur de la réponse.

code by Silver Lungs


I don't know where you're going But do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm going But I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead
Revenir en haut Aller en bas

Thomas J. Adams
avatar



Articles : 1334
Côté coeur : “If you are ready to cry..to feel the pain..to take the risk? You are ready for love”
Job : Si seulement il pouvait avoir le métier qu'il désire .. en attendant, il se fait embobiné par la cia qui argumente sur son point faible.
Copyright : avatar : minddreamer; code: anaelle; gifs : tumblr


MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Dim 26 Oct - 19:43

THE FANTASTIC FOUR
“ You trade in your reality for a role. You trade in your sense for an act. You give up your ability to feel, and in exchange, put on a mask.”
Je suis vite fatigué de jouer les papillons sociables, mais mon costume me permets de cacher l'expression fatigué de mes traits. Je préfère la solitude, je l'ai toujours préféré à vrai dire mais je ne me souvenais plus que c'était si fatiguant de prétendre surtout quand j'avais pu être un peu moi même ces dernières semaines. Nous finissons par nous éloignés de la foule, un instant. Le répit des couloirs me permettant de souffler un peu même si sa présence non loin de moi reste tenace. Je n'ai pas vraiment envie de le chasser parce qu'il me manque mais je ne peux m'empêcher de repenser encore et toujours à l'éclat de ce miroir si prometteur qui a finit par se briser. Nous finissons par arriver dans une autre pièce. Des écrans sur les murs, une décoration digne d'Halloween, des gens riant et dansant en dévorant des plats fort peu appétissants surtout pour mon estomac noué. Je me dirige néanmoins vers le buffet dans l'espoir de trouver un peu de réconfort dans l'alcool et me permettre de me détendre et de savourer. Je finis par relever un regard perplexe vers lui alors qu'il prends la parole, lui qui s'était muré dans de brèves phrases auprès des gens qui avaient tentés la discussion avec lui. Je me défais de mon masque subtilement de manière à pouvoir boire le verre que je me suis servi, cachant les traits de mon visage sous le rideau de cheveux temporaires que j'arbore. Je ne comprends pas pourquoi il joue avec mon coeur mais je suis lasse de me battre, je savais que ce ne serait pas simple et qu'il serait malmené mais je n'avais peut être pas prévu à quel point. Je trinque et avale la boisson reconnaissant les saveurs subtiles et sucrés du rhum et de la noix de coco. - Pinã Coladã ... je crois. Je fais l'effort de répondre à sa question, je fais une trêve de quelques minutes. Le compliment un peu surprenant me prends par surprise et je relève mon menton dans sa direction. Je remets néanmoins mon masque parce que je veux cacher les rougeurs sur mes joues et préserver mon anonymat. Oui, c'est une bonne excuse. Une plausible en tous les cas.

- C'est fou ce qu'un peu d'argent peu faire, n'est-ce pas ? J'argumente mon point de vue, en brandissant le bras en métal devant ses yeux. Avant de passer ce même bras dans des cheveux beaucoup plus long que ce que je porte habituellement. - L'uniforme ne te va pas trop mal, je suppose. Ma voix est légèrement hésitante. Je ne sais même pas ce que je suis permis de dire. Ici, on est encore un peu inconnu pour le moment mais mon esprit n'arrête pas de se répéter en boucle, les limites. Sauf que mon ancien moi n'aurait aucun mal à flirter ouvertement avec lui. Mais la différence est trop présente dorénavant pour que je le fasse avec légéreté. La menace de le voir me tourner le dos si je me comporte de cette manière résonne encore à mes oreilles. - Mais ne t'habitue pas trop aux cheveux longs, je n'aurais pas la patience de les porter de cette manière à longueur d'année. C'est triste à quel point, on en est de nouveau à échanger des platitudes. Mon regard se pose sur lui, et je tente de ne pas laisser ce sentiment de manque grandir de trop. Mais il me manque et je n'y peux rien, il est essentiel à ma vie malgré tout. Je tends une main vers lui, que je m'empresse rapidement de remettre sur le côté. Qu'allais je faire ? Le toucher ? Idiot, idiot. - Désolé ... les mots sortent avec empressement alors que je me détourne du saphir insoutenable de son iris.
code by Silver Lungs



“So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday.”
Revenir en haut Aller en bas

Samuel Walker
avatar



Articles : 564
Côté coeur : célibataire endurci mes pauvres enfants avec mon boulot je peux pas me permettre autre chose que des coups d'un soir!
Job : Agent de la CIA - Nom de couverture Ethan Lynch, job: garde du corps de Thomas Adams
Copyright : (c)So


Feuille de personnage
Tes rps en cours:
Dans ton ipod:
Tes passions:

MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Dim 26 Oct - 20:42

Réponse brève, signe d'incertitudes et de tensions qui ne m'incite guère à vouloir gouter dans son verre. Je prend sur moi pour laisser échapper un compliment maladroit dont je ne suis pas certain être autorisé à faire étant donné ma position. Je fixe le bras en métal scintillant sous les lumières qu'il me tend, làa aussi je ne suis pas certain de pouvoir le toucher, préferant pincer mes lèvres. Je ne sais pas si il me retourne le compliment par politesse ou... j'hausse une épaule en posant mon regard sur mon propre costume.Avant de relever les yeux vers sa chevelure, c'est étrange on dirait des vrais euh c'est pas ce qu'il vient de sous entendre? . -parce que ce sont des vrais? j'y connais pas grand chose en matière de coiffure à vrai dire mais ravise rapidement ma main curieuse qui voudrait vérifier. Ma bouche s'entrouvre lorsqu'il avance une main non assurée pour? Pas le temps d le savoir qu'il se ravise et s'excusant me faisant froncer les sourcils. Je regarde mon verre puis mon costume, pas de tache apparente hum? Redressant la tête je lui lance un regard rempli d'interrogation sans oser lui demander pourquoi, parce que la encore j'ai peur de la réponse. Ma façon d'agiter mes pieds, de mordre nerveusement ma lèvre inférieure et boire mon verre avec plus d'entrain que ma soif ne le nécessite me ramène aux années lycée. Vous savez les premiers rendez vous ou l'on est nerveux, ou l'on fixe la personne intensement, cherche une conversation interessante mais seules des banalités nous viennent en tête. Ces moments ou ton pied bat la mesure de la musique dans un semblant d'entrain et de cool attitude, ces moments ou ton regard dérive dans la salle à la recherche d'une idée lumineuse. Mais dans ces moments là, elle finit toujours par venir. Je penche la tète sur le côté en observant les silhouettes apparaitre et disparaitre, les jeux de lumière la voila mon idée. Je pose mon regard sur Thomas un instant avant de constater que tout les coins de cette pièce sont sombres, que le centre comme une scène lumineuse ne voit son publique. -regardes. murmurais je presque en admiration devant cette découverte. Il doit me prendre pour un fou, mais je l'incite à regarder dans cette direction plus longtemps, jusqu'à ce que des gens costumés franchissent la barrière de lumière pour entrer dans les ténèbres. Comment lui demander de me suivre? Acceptera t il? Et dans ce genre de moments le stress s'empare de vous et vos blagues laissent à désirer : -je n'engagerais pas un bras de fer avec vous cher monsieur mais... ok elle est moisie j'ai un peu honte mais je joue le jeu en désignant son bras avant de lui tendre la main. -ça vous dirait de faire un petit tour par là bas?! Je rempli mon verre parce que j'en ai besoin, ok je suis censé le surveiller et si je continue à ce rythme je vais finir torché. J'agite la louche -provisions pour la route?. pour lui demander si il veut être resservi. Je jette un oeil écoeuré vers la nourriture -mon bouclier peut même servir de plateau si t'as pas peur de ces... quoi au juste? lançais je en me penchant vers le buffet. Je me redresse pour le fixer esperant qu'il accepte de s'éloigner du buffet au profit de ma découverte qui fait palpiter mon coeur. Bon ok y'a peut être un peu d'appréhension aussi mais ça personne est censé le savoir.
code by Silver Lungs


I don't know where you're going But do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm going But I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead
Revenir en haut Aller en bas

Thomas J. Adams
avatar



Articles : 1334
Côté coeur : “If you are ready to cry..to feel the pain..to take the risk? You are ready for love”
Job : Si seulement il pouvait avoir le métier qu'il désire .. en attendant, il se fait embobiné par la cia qui argumente sur son point faible.
Copyright : avatar : minddreamer; code: anaelle; gifs : tumblr


MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Dim 26 Oct - 21:14

THE FANTASTIC FOUR
“ You trade in your reality for a role. You trade in your sense for an act. You give up your ability to feel, and in exchange, put on a mask.”
J'acquièsce à sa réponse sur mes cheveux parce qu'en quelque sorte, oui ce sont des vrais ... Le luxe de posséder de l'argent pour pouvoir poser des extensions sur mes cheveux pour l'espace d'un jour ou deux malgré le prix exhorbitant pour en avoir de bonne qualité. Je ne suis pas forcément du genre à me laisser abuser de l'argent mais je me rends compte que cela a toujours été une donne immuable dans mon quotidien. Que c'est peut être aussi le frein qui m'empêche de tout plaqué. Je ne suis pas matérialiste, ou tout du moins ne pense pas l'être comme on peut me dépeindre mais je suis habitué à ce confort. A mon appartement que je dois à l'argent de mes parents. Je suis bien assez lucide pour savoir que si je faisais le métier de mes rêves, je ne serais pas en mesure de m'offrir ces petites choses là mais plus j'évolue dans le temps, plus je me rends compte que l'adage n'est pas tout à fait, l'argent ne fait pas le bonheur, il rends juste supportable la misère qu'il laisse sur son passage.

Nous en venons a échangé des banalités, et je sais que le fossé entre nous deux reprends des proportions énormes, et je ne vais pas mentir, je détestes cela, je détestes cette distance qui ne fait que s'accroître avec chaque mots maladroits qui s'enchaîne. Je ne sais plus comment me comporter, et si je ne fuis pas vers la sortie pour me réfugier sous ma couette, c'est parce que je tiens ma promesse et je fais honneur à ma réputation de fêtard. Je le fixe, avec un regard rempli d'incompréhension quand il me désigne un point sombre. Je ne comprends pas pourquoi il veut qu'on aille par là bas mais je ne vais pas lui dire non. On le sait tous les deux. J'accepte bien pire que de le suivre dans un autre recoin de cette salle. Mon masque cache le pauvre sourire qui orne mon visage à ses tentatives d'humour et accepte qu'il remplisse mon verre mais jete un regard désintéressé sur la nourriture qui s'offre à nous. Mon sens de l'aventure m'aurait peut être poussé en temps normal à braver ce buffet dégoûtant mais je n'ai pas vraiment le coeur à ça, et mon estomac est encore bien trop noué. - J'ai pas vraiment faim ... Je ne sais pas non plus à quoi on a à faire. - Ouvre le chemin, je te suis ... Au moins nous serons un peu moins au centre de la pièce, et je pourrais retirer un peu ce masque de plastique pour pouvoir boire le cocktail qui rempli mon verre. Je laisse mon regard glissait sur ses épaules larges, sa taille fine et peut être aussi sur les courbes que dévoilent à la perfection son costume, près du corps. Je soupire en me souvenant de la sensation d'avoir tout cela à porter de main, d'avoir le droit de toucher sans restreinte. J'ai tout gâché. Je résiste à l'impulsion de frotter mes yeux pour m'assurer que l'humidité ne les envahit pas trop sous peine de me transformer en charbonnier à cause du maquillage qui entoure mes orbites. On finit par arriver dans un endroit plus tranquille, même si nous ne sommes pas vraiment seuls, l'impression est plus tangible et je m'autorise à baisser le bout de plastique qui recouvre mon visage. Le sourire nostalgique envahissant mon visage quand je regarde l'étoile étincelant sur son plastron. - Sur une échelle de un à dix, tu m'en veux à combien de te faire porter ce costume ce soir ? Mes yeux se relèvent légèrement vers lui, ne révélant rien d'autre que l'amer tristesse de nous voir ici assorti et pourtant si désassorti dans la réalité. Peut être que je me punis un peu moi même, au passage. - Je visais un duo Steve Rogers/Bucky Barnes VS le monde mais je suppose qu'on est plutôt au stade de Captain America VS The Winter Soldier ... Je suppose qu'il n'est pas aussi aficionados des comics que moi même si il a joué le jeu. - Tu me diras même si ils ont failli s’entre-tuer, ils ont finis par se retrouver au final dans les éditions récentes ... Et peut être que c'est un message, peut être pas. En tous les cas, je porte le verre à mes lèvres pour occuper ma bouche plutôt que de déblatérer d'autres inepties.
code by Silver Lungs



“So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday.”
Revenir en haut Aller en bas

Samuel Walker
avatar



Articles : 564
Côté coeur : célibataire endurci mes pauvres enfants avec mon boulot je peux pas me permettre autre chose que des coups d'un soir!
Job : Agent de la CIA - Nom de couverture Ethan Lynch, job: garde du corps de Thomas Adams
Copyright : (c)So


Feuille de personnage
Tes rps en cours:
Dans ton ipod:
Tes passions:

MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Dim 26 Oct - 22:02

Le fait qu'il accepte de me suivre est un pas en avant mais bien loin d'une bataille gagnée je le sais et si je marche lentement c'est peut être parce que j'ai peur de me retourner et qu'il ne soit plus là. Et je lutte toutes mes forces pour ne pas le faire, jusqu'à ce qu'on arrive dans la pénombre. Etrange ce jeu de lumière, on y voit clair, on voit toujours la salle aussi bien, mais on ne nous voit plus, tout du moins du centre. Mais si je jette un oeil curieux au passants c'est juste pour confirmer ce que je pensais, ils ne nous voient pas, trop concentrés par le décor, leurs amis, la musique, leurs verres. Deux fantômes au milieu d'une foule dans une ambiance de fête et quand je porte mon regard sur Thomas, je me dis que nous ne faisons pas parti de cet ensemble.  La faute à qui? Pas le temps de ressasser ça qu'il prend la parole sur des teintes tristes, ce qui aurait pu être sa soirée, notre soirée, une bonne soirée n'est plus. Mais je ne peux m'empêcher de sourire à sa première question et sentir mes lèvres s'élargir un peu plus alors qu'il partage sa passion pour cet univers. Quelques instants de silence à contempler les traits de l'homme que j'aime, qui est réapparu dans le monde des costumes, dans la nuit ou l'identité est brouillée et l'on est plus celui que l'on était. Je bois une gorgée de mon verre avant de prendre une moue de réflexion. -au début j'aurais dis dix... pour le cliché du drapeau de la nation ambulant... sans offenses mais dis moi qui est le styliste de ce type?  j'agite la tête de gauche à droite en laissant un sourire amusé animer mon visage.   - mais ce truc encombrant est finalement très utile. je décroche le bouclier de mon bras pour le retourner et y poser mon verre en lui lançant un regard amusé. Puis je joue à cache cache derrière celui ci pour la démonstration du second avantage et finit par mimer doucement une frappe sur sa tête avec.  -on est peut être à 7 non en fait je dirais 6 le masque couvre bien mon visage... Je raccroche mon bouclier à mon bras, c'est pas ce qu'on fait de plus pratique mais on s'habitue au costume avant de laisser mon dos s'appuyer sur le mur. Je regarde la salle un instant avant de pencher la tête sur le côté pour lui murmurer   -même si d'ici ils ne nous voient pas... je désigne la salle puis les gens qui passent non loin de nous -eux non plus ..trop occupés... Je croise le regard de Thomas avant de me redresser pour lui faire face. Posant ma main contre le mur non loin de sa tête, le cercle coloré le cachant à la vue des passants qui pourraient déranger son besoin d'anonymat, parce que je le sais au fond, qu'il déteste ça, être sous le feu des projecteurs. Mon autre main d'un geste incertain se lève vers son visage,m'emparant d'une de ces mêches brunes du bout des doigts mais les gants ne me permettent pas d'en découvrir la véritable texture. Dents enfoncés dans ma lèvre inférieure je me délecte de son visage dont la vue de près m'avait tant manqué. -hum...j'ai pas révisé l'rôle avant de venir... comment elles se passent ses retrouvailles? murmurais je alors que mon regard faisait des allers retours entre l'intensité du bleu cernée de noir et ses lèvres récemment découvertes de son masque.
code by Silver Lungs


I don't know where you're going But do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm going But I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead
Revenir en haut Aller en bas

Thomas J. Adams
avatar



Articles : 1334
Côté coeur : “If you are ready to cry..to feel the pain..to take the risk? You are ready for love”
Job : Si seulement il pouvait avoir le métier qu'il désire .. en attendant, il se fait embobiné par la cia qui argumente sur son point faible.
Copyright : avatar : minddreamer; code: anaelle; gifs : tumblr


MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Ven 31 Oct - 15:22

THE FANTASTIC FOUR
“ You trade in your reality for a role. You trade in your sense for an act. You give up your ability to feel, and in exchange, put on a mask.”
Je  suis troublé par une proximité qui ne m'était plus réellement autorisé, je suis peut être un peu trop perturbé sinon j'aurais pensé bien plus rapidement à notre entourage, à nos postures. Je le regarde s'amuser du bouclier qui va avec son costume, et un sourire léger effleure mes lèvres. Tiraillé entre bonheur et ce poids qui ne me quitte pas vraiment depuis le service qu'il m'a demandé. Peut être parce que je suis un peu trop fatigué par ses soirées dont j'avais perdu l'habitude, j'autorise le rapprochement dangereux qui fait trembler mon corps entier et redoublait la cadence de mon coeur. Je ne me mentirais pas en disant que l'envie indéniable de ravager ses lèvres ne me traverse pas, mais je me tiens bien. Ne perdant pas de vue, le décor, l'entourage. Je ne parviens pas à me détendre ou meme à oublier malgré ses propos qui insinue le contraire, je suppose. Mais une seule erreur de ma part, et je finis sur la touche, abandonné, laissé pour compte. Un risque que je me refuse de prendre alors je porte mon verre à mes lèvres, m'occupant plutot que de me noyer dans l'océan de son regard. Cependant je ne peux pas faire abstraction de la caresse chaude de son souffle alors qu'il parle, je ne peux empêcher les réactions physiques de mon épiderme. La chair de poule qui me parcourt le corps, mais j'ai peur. Peur de me tromper. C'est peut être la raison pour laquelle je me pétrifie en sentant sa main dans mes mèches. Ma voix plaintive émet un léger - Sam ... à un volume presque inaudible mais je lève mon regard vers lui, pour lui demander d'arrêter de me torturer, de me tuer à petit feu ou de me pousser à commettre une bêtise irréparable. Cependant son attitude entière m'incite à laisser la raison derrière moi, et à nouer mes bras autour de son cou pour coller son corps contre le mien. Ses mots ne sont pas une question réelle mais surement un sous entendu mais je m'accroche vaillemment comme un soldat en mission. Je ne peux pas me détourner, me reculer mais je baisse les yeux, le rideau de cheveux coupant la communication silencieuse de nos regards.

- Captain America emprunte le tesseract à Thor, et expose Bucky qui tombe dans un profond coma mais finit par retrouver la mémoire ... Je sais très bien qu'il s'en fiche de tout ça, et je sais très bien que sa question n'était pas une requête à élaborer mes connaissances de geek que je peux avoir mais c'est un peu ma façon de me venger de ce poids énorme qui encombre ma cage thoracique. De nouveau, je porte le verre à mes lèvres avant d'en boire une gorgée, étouffant un rire qui n'a rien d'heureux. Amer, vide et triste. - Tu ferais mieux de t'éloigner avant que quelqu'un finisse par me reconnaître ... et je ne doute pas que tes petits copains de la CIA savent pertinemment comment tu es déguisé ... J'aurais pu suivre son élan, j'aurais pu combler la distance et réclamer ce que j'avais pensé mien pour l'espace d'un moment mais ce n'était pas le cas, cela n'avait jamais été le cas. - Je respecte ma part du marché, ne rends pas les choses plus compliqués pour moi ... Je ne suis pas aussi fort que ca ... Le ton de ma voix n'a plus rien de bien joyeux, non bien au contraire. Et je déteste qu'il sache cela sur moi, surtout après qu'il s'en soit servi contre moi mais je sais que je ne peux pas me cacher, c'est impossible, je lui en ai trop montré. - Tu me manques mais ... je sais bien trop ce que je risque si j'échoue ... tu as été très clair là dessus.
code by Silver Lungs



“So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday.”
Revenir en haut Aller en bas

Samuel Walker
avatar



Articles : 564
Côté coeur : célibataire endurci mes pauvres enfants avec mon boulot je peux pas me permettre autre chose que des coups d'un soir!
Job : Agent de la CIA - Nom de couverture Ethan Lynch, job: garde du corps de Thomas Adams
Copyright : (c)So


Feuille de personnage
Tes rps en cours:
Dans ton ipod:
Tes passions:

MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Sam 1 Nov - 13:39

Sa voix qui se brise résonne comme le coeur que j'ai endommagé, le siens et le miens avec, mon regard empreint de tristesse finit par toucher le sol. Je ne t'en veux pas lorsque tu esquives le sujet, je sais que tu as compris mais respcte le fait que tu ne veuille pas l'aborder. Pourtant les mots tombent comme un couperet final, la lame s'enfonce et tournoie doucement, ce que tu ressens, je le ressens aussi et la culpabilité me giffle violemment. je finis par te rendre ta liberté, pivotant et laissant mon dos tomber sur le mur, récuperant mon verre pour tenter d'y trouver une chaleur rassurante, anesthésiante, mais rien ne semble être véritablement efficace. J'aurais peut être du insister, mais ne rien faire n'arrangera probablement pas la situation non plus. -je.. tu.. ma voix se brise et mon regard chargé de douleur reste braqué sur le milieu de la salle. Terrifié de te poser des questions, parce que ces réponses m'effraient, est ce qu'il ya toujours quelque chose? Est ce que ça peut s'arranger? qu'est ce que tu veux faire? Tant de mots que je n'ai pas le droit de prononcer après ce que j'ai fais. Et pourtant mes lèvres parlent à la place de mon coeur lourd, prononçant des paroles dont je ne suis pas certain en avoir le droit - tu me manques aussi... je t'adresses un regard furtif, un mélange de peine et de honte, ma main vient à la rencontre de la tienne, dans le silence et dans le noir, camouflée par mon bouclier mes doigts s'offrent la liberté de s'entremeler aux tiens. Je devrais probablement m'excuser, te dire combien je regrette de te faire porter le fardeau d'une telle situation et te faire subir les conséquences de mes actes. Mais j'ai peur, peur qu'une autre solution soit bien pire. Mais je me contente de murmurer -ils sont bien trop occupés à surveiller les individus sispect, ce genre d'évenement est toujours sous haute surveillance... un légere sourire étire mes lèvres lorsque je tourne légerement la tête pour te regarder -nous ne sommes rien de plus que deux types costumés dans une foule de gens costumés... ne souhaitant pas faire pression, t'imposer la douleur de mes gestes je finis par lacher à regrets ta main pour passer la mienne sur ma nuque. -tu es bien plus fort que tu ne le penses.. je savais que je n'aurais du te demander ça même si on aurait pu s'en amuser et se venger en créant des histoires louffoques pour les prendre à leur propre jeu... je n'sais pas si j'aurais pu endurer une telle vie... et j'aurais peut être même refusé ça... tu aurais pu le faire aussi je t'en aurais pas voulu tu sais? j'agite la tête de gauche à droite posat mon regard sur mon verre. Je finis par me décoler du mur, finissant mon verre et jetant un oeil au tiens. -tu veux un autre verre? parce que je ne sais que dire de plus, ne voulant transformer ta soirée en drame, ne voulant ruiner une soirée de répit dans l'anonymat. Cette idée illumine mon regard et je le pose sur le tiens. -est c'que... tu veux... danser, la bas, au milieu de la foule masquée de la fumée et des costumes scintillants sous la lumière? je grimace légerement, ne sachant si cette demande est apprpriée étant donné la situation, je me racle la gorge -hum... excuses moi j'sais pas si j'suis en droit de te demander ça... avant de tenter un trait d'humour -parce que tes pieds risquent de finir écrasés... ok je suis un piètre danseur, mais une musique lente devrait etre gérable non? Je tente de camoufler la demande et ma nervosité par une blague peut être mal venue, peut être même pas drole... Mais que pouvais je bien faire d'autre après avoir été l'auteur d'un coeur brisé et d'une machination de vie qu'il déteste plus que tout? Que pouvais je bien faire après avoir pris une mauvaise décision en voulant éviter une douleur que j'ai crée par maladresse? Mon regard rempli d'espoir soutient le siens, ignorant si ma tentative de paix arrivait trop tot ou trop tard.
code by Silver Lungs


I don't know where you're going But do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm going But I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead
Revenir en haut Aller en bas

Thomas J. Adams
avatar



Articles : 1334
Côté coeur : “If you are ready to cry..to feel the pain..to take the risk? You are ready for love”
Job : Si seulement il pouvait avoir le métier qu'il désire .. en attendant, il se fait embobiné par la cia qui argumente sur son point faible.
Copyright : avatar : minddreamer; code: anaelle; gifs : tumblr


MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Sam 1 Nov - 14:24

THE FANTASTIC FOUR
“ You trade in your reality for a role. You trade in your sense for an act. You give up your ability to feel, and in exchange, put on a mask.”
Mon coeur s'emballe alors qu'il m'annonce que je lui manque aussi, et peut être que mon regard qui se pose sur lui, est bien trop rempli d'espoir et d'incertitude. Je sais que ma confiance est fragilisé, que mon esprit traître se demande si il ne se joue pas de moi. Mais les mots sortant de sa bouche transpire la sincérité, la main épousant la mienne dans un geste de réconfort, et je suis bien trop amoureux de lui pour ne pas sauter à pieds joints dans l'illusion si ce n'est que cela. Je l'écoute, et martyrise ma lèvre inférieure. La question de savoir si cela n'est qu'un test, qu'il mets à épreuve ma volonté et la confiance qu'il peut avoir en moi. J'ai tellement peur de le perdre que je m'éloigne inévitablement de lui. Je refuse ce qu'il m'offre sur un plateau. La possibilité de n'être que nous pour l'espace d'un instant. D'être juste un couple sans avoir à regarder par dessus notre épaule même si nous sommes entourés. Je finis par laisser mes défenses s'effondraient et c'est en silence que j'accepte sa dernière offre, m'emparant de son poignet pour le traîner au milieu de la foule. M'offrant le luxe de me perdre dans l'anonymat en replaçant le masque sur mon visage. Et si j'aime danser, me trémousser ou j'aimais le faire dans des clubs enfumés. Ici. Maintenant. Je n'ai juste envie que de me blottir au creux de ses bras, de me laisser enivrer par son corps contre le mien, son parfum caressant mes narines dans une présence réconfortante. Tremblant, incertain, je laisse mon regard rencontrait le sien, alors que je glisse de manière tentative mes bras autour de sa taille après mettre débarrasser du masque, mon nez se réfugiant au creux de son cou. Le rythme de mon coeur se calant au sien. Ma gorge sèche, mes yeux irrités par les larmes. Je me dissimule à la vue de tous en me protégeant tout contre lui. Je reste incapable de prononcer le moindre mot pendant un long moment. Je me rassasie de ce contact fugace, de cette chaleur me manquant avec force. Nous n'avons eu que peu de temps ensemble et déjà il manque à mon quotidien. Il était ma lumière, mon phare, mon espoir.

- Tu n'aura pas le droit de me blâmer si ... Les choses tournent mal, mais je ne finis pas ma phrase. Le silence en dit bien long. Il est celui qui a proposé, il n'a pas le droit de me quitter, m'abandonner parce que je n'ai pas pu résisté plus longtemps à ce besoin viscérale de le sentir près de moi. Mes lèvres, à quelques millimètres de sa peau, restent à leurs place malgré l'envie grandissante de goûter de nouveau à la fièvre de sa peau. Mes doigts se crispent un peu dans le tissu de ce costume. Un sanglot finit par se faire entendre, alors que la peur me terrasse. - Je ne veux pas te perdre ... Je ne peux pas te perdre. L'aveu franchit mes lèvres dans un souffle, un murmure, un secret entre nous. Sa présence a pris une telle importance dans ma vie. Je le déteste tout autant que je l'aime de m'avoir rendu ainsi. Vulnérable. Mon corps est secoué par la vague la traversant, et je maudis déjà le maquillage que j'ai choisi de mettre sur mon visage. Je vais probablement ressemblait à un raton laveur, mais je n'avais pas prévu d'avoir une crise de nerfs en plein milieu de cette soirée. Je m'étais promis d'être fort.

- Je ferais tout pour ne pas te perdre même si je dois jouer les appâts pour ces gens, même si je dois être scruter au microscope comme un monstre de foire. Les mots sont sincères, forts, dit avec la conviction entière de mon coeur embrasé par ses sentiments à son égard. C'est presque avec défi que j'affronte de nouveau l'azur qui m'hypnotise complètement. - Je t'aime, et je ne te dis pas cela pour que tu te sentes obligé de me le dire en retour, j'ai compris que tu n'en étais pas encore là, mais parce que j'ai besoin que tu comprenne une chose. Il n'y a pas une chose au monde que je ne serais pas prêt à faire pour toi. Pas une seule, au point de t'avouer ma faiblesse et te laisser avec le contrôle entier de la situation. Et c'était peut être le plus énorme dans cette histoire. J'avais toujours juré de ne plus laisser quiconque avoir un quelconque pouvoir ou influence sur ma vie après le scandale de mes jeunes années universitaires.
code by Silver Lungs



“So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday.”
Revenir en haut Aller en bas

Samuel Walker
avatar



Articles : 564
Côté coeur : célibataire endurci mes pauvres enfants avec mon boulot je peux pas me permettre autre chose que des coups d'un soir!
Job : Agent de la CIA - Nom de couverture Ethan Lynch, job: garde du corps de Thomas Adams
Copyright : (c)So


Feuille de personnage
Tes rps en cours:
Dans ton ipod:
Tes passions:

MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Sam 1 Nov - 15:31

L'illusion d'une soirée, d'une nuit, sans nos vies qui nous rattrappent, une danse parmi la foule et son corps tout contre le miens. Ce qui aurait du être si les choses n'étaient pas si compliquées, peut être que je les ait rendu encore plus...compliquées... Je tente de chasser ces regrets pour apprécier la chose à sa juste valeur, la pause dans le temps qui ne sera que de très courte durée. Sa voix remplie de douleur m'exposant son coeur qui saigne, un être caché aux yeux de tous que je voulais élever et qui tombent dans une chute sans fin par ma faute. Ma gorge se noue, mon ceour se serre, mes bras autour de lui traduisant la peur de croiser ce qui me terrifie le briser... J'agite la tête de gauche à droite alors que son regard chargé de larmes croise le miens -je... Je tentes de protester, refusant son sacrifice qui lui coute tant, refusant d'etre la cause de ce regard et cette gangrene sur son coeur. Mais je le laisse finir entendant presque l'écho des morceaux de celui ci s'écrouler sur le sol. Le miens? Le siens? Les deux probablement, dans la plus insupportable des mélodies. Bouche à demi ouverte je peine à respirer tant ma poitrine se compresse, je m'écarte légerement - je... peux pas... je peux pas te faire ça... provoquant un relant de douleur dans l'ensemble de mon corps. Instinct, besoin de réconfort, mon corps se tend avant d'entrainer le siens tout contre moi, mes lèvres se plaquent contre les sienns dans un baiser à mi chemin entre la douleur et le bonheur de les retrouver. Mes doigts compriment le tissu de ces vetements et mon autre main se noie dans sa chevelure. Je finis par relacher la pression de mes lèvres non sans laisser mon front coller au siens. -je...refuse d'etre la cause de toute cette... merde... je refuse de te regarder sombrer par ma faute ...Thomas... j'ai peur.. j'ai peur des conséquences... j'ai besoin de toi et... j'avale ma salive avec difficulté -mais je n'ai pas le droit de prendre cette décision seul... c'est à moi d'assumermême si je sais bien qu'il y aura un prix à payer... mon front se décolle du siens et j'agite la tête de gauche à droite mon regard humide croisant le siens. -dis moi... dis moi ce que tu ferais Thomas... mes dents s'enfoncent furieusement dans ma lèvre inférieure avant que je ne prenne conscience du lieu ou nous sommes, je m'empare de sa main pas pour aller nous cacher non, mais pour rendre cette conversation moins publique, ils n'ont pas besoin de savoir, ils n'ont pas besoin de voir son coeur qui saigne à travers ces yeux. Je garde cette proximité, ma main sur sa joue et mon pouce essauyant le noir humide qui s'étire autour de ses yeux -combien de temps? ma bouche s'asseche et ma voix tremblante se veut déterminée. -dis moi combien de temps tu veux avant que je ne leur annonce.. ma mère avait raison, la décision, la fameuse, mais bien plus difficile qu'elle n'aurait du l'etre. Parce que je sais au fond, que je ne suis pas en position de marchander quoi que ce soit , je m'accroche à l'idée que c'est mieux pour lui, pour nous que je ne sois pas l'auteur de sa douleur, tout du moins pas directement... Le moment de leur donner le pouvoir, le pouvoir de peut être briser nos vies... Parce que j'ignore ce qu'il feront de moi, même si le monde semble penser que ce ne sont pas les méchants,ce ne sont pas non plus les gentils..
code by Silver Lungs


I don't know where you're going But do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm going But I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead
Revenir en haut Aller en bas

Thomas J. Adams
avatar



Articles : 1334
Côté coeur : “If you are ready to cry..to feel the pain..to take the risk? You are ready for love”
Job : Si seulement il pouvait avoir le métier qu'il désire .. en attendant, il se fait embobiné par la cia qui argumente sur son point faible.
Copyright : avatar : minddreamer; code: anaelle; gifs : tumblr


MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Sam 1 Nov - 16:04

THE FANTASTIC FOUR
“ You trade in your reality for a role. You trade in your sense for an act. You give up your ability to feel, and in exchange, put on a mask.”
Mon coeur se brise à ses premiers mots, j'ai trop poussé, je l'ai perdu ... je ne sais pas comment je vais m'en remettre et mon cerveau est déjà entrain de tisser les pires scénarios. C'est peut être la raison pour laquelle je suis pris par surprise mais je reprends bien vite conscience avec la réalité en sentant ses lèvres contre les miennes. Comme un homme perdu dans le désert, je m'accroche à ce baiser comme à une oasis providentielle. Mes doigts blanchissent alors qu'ils se crispent avec force. Je traduis tous mes sentiments dans ce baiser, peut être parce que je suis terrifié que ce soit notre dernier. Mon souffle s'estompe alors que ses lèvres finissent par quitter les miennes. Je l'implore silencieusement de ne pas me quitter. Ces mots montent entre nous, et je ne sais pas si c'est un soulagement ou l'incompréhension qui me submerge. C'est peut être la raison pour laquelle je garde un silence peu encourageant. Mes yeux bougent de manière régulière sur son visage entier. Je finis par le suivre et fronce les sourcils. Mais soudain, je comprends le sens de ses phrases décousues, et un rire rauque s'échappe de ma gorge. Je finis par secouer la tête avec tristesse.

- Me prends tu pour un fou ? Je me mords la lèvre, et je laisse mes doigts glissaient sur son poignet, sentant la cadence de sa pression artérielle beaucoup trop rapide. Je laisse mon pouce s'infiltrer sous le tissu pour dessiner des cercles sur la peau recouvrant ses veines. - Il n'a jamais été question de leur dire quoi que ce soit ... Je sais bien qu'ils t'arracheraient à moi ... Je ne suis pas un idiot. Je relève mes yeux vers lui, et soudain plus rien d'autre n'a d'importance que d'aller cueillir de nouveau ses lèvres gonflés par notre étreinte précédente. Je me perds dans la sensation de ce baiser, je me laisse retomber contre le mur, l'entraînant avec moi, le poids de son corps, une sensation bienvenue comparait au froid de ses derniers jours. Je découvre encore avec lenteur et passion, le moindre recoin de cette bouche. Je le veux mien à jamais mais je ne suis pas près à payer un prix qui n'est pas le sien. Je m'enivre, je me gave de la moindre sensation avant de finir par briser le baiser. Je ferme les yeux, un instant.

- Tu crois que c'est la raison de ... Je désigne un geste vague qui m'englobe, ne parvenant pas à exposer clairement tout ce que regroupe ce geste. Mon coeur brisé, ma dépression de ces derniers jours, ma certitude, mes craintes, ma terreur. - J'ai toujours su que je devrais tenir mes distances avec toi ... mais jouer un rôle ? Jouer ce rôle ? Celui de ce type sans intérêt qui faisait parler de lui par ses frasques ? Je ne mentirais pas, cela m'attriste. J'ai peur que tu te moques qu'un autre que toi pose ses mains sur moi juste pour donner le change, j'ai peur que ce boulot soit plus important que ce que nous partageons. Je veux juste être un peu à toi ... Je baisse les yeux, laissant ma main s'emparait de nouveau de la sienne. - Je ne demande pas la perfection ... c'est une chimère d'enfant, je le sais plus que quiconque. Et si ce n'est pas la vérité dans sa forme la plus pure. Mieux que quiconque je sais que la perfection n'est qu'une illusion travaillait avec soin. Je suis loin d'être parfait, moi même et si j'en ai aggravé cette imperfection, c'était peut être pour me rebeller contre cette chimère inutile.
code by Silver Lungs



“So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday.”
Revenir en haut Aller en bas

Samuel Walker
avatar



Articles : 564
Côté coeur : célibataire endurci mes pauvres enfants avec mon boulot je peux pas me permettre autre chose que des coups d'un soir!
Job : Agent de la CIA - Nom de couverture Ethan Lynch, job: garde du corps de Thomas Adams
Copyright : (c)So


Feuille de personnage
Tes rps en cours:
Dans ton ipod:
Tes passions:

MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Sam 1 Nov - 16:44

L'ascenseur d'émotion, de la peine à l'amour, une vérité d'un destin malheureux avec sa contradictoire danse du bonheur. Ses doigts sur ma peau, ses lèvres sur les miennes, la violence de mot ou d'un second baiser qui semble être la prière d'une fin heureuse. Lui offrir ça? Je le désire bien plus que tout au monde, mais je suis trop réaliste pour savoir que c'est impossible, tout du moins pour le moment. Il le sait mais doit il endurer ça pour autant? A bout de souffle je le laisse s'exprimer, sentant l'acidité de la vicieuse jalousie comprimer mes muscles, la violence de la culpabilité me heurter un peu plus, mon regard dans le siens tentant de trouver les mots juste pour le réconforter. Mais je ne suis pas doué, on l'a bien vu et à plusieurs reprises, trop tracassé par cette solution qu'il me fait trouver pour ne pas sacrifier son bonheur dans l'espoir d'une fin heureuse. J'agite la tête de gauche à droite, la voix rauque et mes doigts comprimant peut être un peu trop les siens -parce que tu crois que je le laisserais faire? Il n'était pas question de ce genre de choses... la jalousie faisant siffler ma respiration et obscurcissant mon regard. - et c'est peut etre incomprable avec la peur que tu finisses par le trouver plus à ton gout... je secoue la tête de gauche à droite chassant ces idées. -je voulais juste être complice de plans ingénieux... mais hors de question que... je fronce le nez secouant à nouveau la tête. -peut importe.. il va falloir trouver un autre plan dans ce cas.. j'ai pas l'intention d'etre celui qui te fait souffrir est ce que je suis bien clair? la colère parle un peu trop à travers ce sentiment d'injustice qui s'infiltre par chacun de mes pores. Celui de conséquences, de sanctions, qui sont ma punition et en deviennent la sienne malgré moi. Ma main libre remonte le long de son torse pour finir sur sa joue -dis moi... qu'un jour on ira... toi et moi à Paris, sans ces bagages lourds, juste nous... le regard encré dans le siens, le sentiment d'espoir qui semble l'avoir quitté, lui qui était capable d'animer tant de rêve aux travers de ces prunelles scintillantes. Je soupire le coeur lourd causé par cette désagréable sensation de donner de faux espoirs, même si je souhaite tout le contraire, pour tout avouer je ne sais comment nous sortir de la... mais je me battrais, pour trouver une solution. Mon front se colle contre le siens et je ferme les yeux un instant -peut être que je suis trop gourmand, que profiter de trop rares et trop discretes entrevues ne me suffit pas.. peut être que toi aussi... je... un soupire franchi mes lèvres avant que mes paupières ne s'ouvrent de nouveau -veux plus que ça... tu mérites tellement plus... mon pouce caresse ses lèvres pendant que mon regard caresse son visage de douceur. -viens chez moi... ce soir.. cette nuit... murmurais je presque suppliant, même si c'est pas assez, même si on ne peut s'offrir plus, je tente d'appaiser la brulure de cette distance qui nous est imposée.
code by Silver Lungs


I don't know where you're going But do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm going But I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead
Revenir en haut Aller en bas

Thomas J. Adams
avatar



Articles : 1334
Côté coeur : “If you are ready to cry..to feel the pain..to take the risk? You are ready for love”
Job : Si seulement il pouvait avoir le métier qu'il désire .. en attendant, il se fait embobiné par la cia qui argumente sur son point faible.
Copyright : avatar : minddreamer; code: anaelle; gifs : tumblr


MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Sam 1 Nov - 18:32

THE FANTASTIC FOUR
“ You trade in your reality for a role. You trade in your sense for an act. You give up your ability to feel, and in exchange, put on a mask.”
Le frisson qui me parcourt à ses mots sans appel, n'est pas sans signification. Je ne veux pas être étouffer, je suis trop affamé de liberté mais savoir que je lui appartiens me donne le sentiment réconfortant dont j'avais besoin. Je le traiterais bien d'idiot quand il se permets de penser qu'un seul de ses clowns puisse rivaliser avec lui. Il est mon univers. Le centre de mon attention complète. Je le crois. La maladresse ne visait pas à me blesser et j'ai peut être pris un peu trop vite la mouche. Nous sommes tous les deux si ignorants malgré notre âge. Je tremble. La promesse d'un futur, ma gorge se serre et je laisse un léger sourire timide et sincère s'affichait sur mon visage. Je laisse ma tête hocher doucement mon approbation. L'émotion m'enlevant tout mots. Peut être que nous sommes deux enfants inexpérimentés qui nous leurrons sur l'avenir mais j'ai envie d'y croire. Pour moi. Pour lui. Pour nous. Sa proximité, une chaude couverture rassurante. Et je me déteste de savoir que nous pouvons nous blesser avec autant de facilités à cause des autres plus que de nous même. Je déteste le sentiment d'être un pantin dans des mains plus haut placé mais je veux oublier. Les oublier. Je sais cependant qu'il a tort, qu'il pose le blâme sur lui alors qu'il n'est pas le seul qui rends notre situation plus compliqué. Je dois lui faire comprendre ça. Il n'est pas le seul avec un passé, un contexte qui sort de la norme. Je m'agrippe à lui, mon coeur au bord des lèvres alors que j'entends sa douce proposition. Ce n'est pas qu'une histoire de sexe, c'est plus. C'est un partage. Une intimité. Je veux dormir dans ses bras.

- Yeah ... yeah, babe ... Et comme pour confirmer ma réponse, je mets fin à la torture de ses millimètres qui nous séparant. Cueillant le fruit sucré qui m'est irrésistible. Lui exprimant combien j'ai besoin de lui. Je me perds dans la sensation, et oublie cette foule qui nous entoure tout en nous rendant invisible. Je me perds en lui. La tête me tourne presque tellement j'ai du mal à me séparer de lui pour récupérer l'oxygène nécessaire à mes fonctions les plus basiques. Je plonges mon regard dans le sien, je laisse ma main caressait l'ombre de sa barbe naissante sur sa joue.

- Je suis désolé ... Je me suis mal exprimé, et je ne veux pas que tu ressentes cela ... Ca me brise le coeur encore plus. Je dépose un baiser là où mes doigts se sont perdus l'instant d'avant. Vénérant et adorant chaque parcelle de son corps avec une révérence certaine. - Tes patrons ? Ce ne seraient probablement pas les seuls à voir ... un nous d'un mauvais oeil. Je laisse un soupir défaitiste, franchir mes lèvres. Le regard se détourne avant que je ne finisse par reposer mon visage au creux de son cou, pour me donner un peu de courage. - Mon père ... Il n'hésiterait pas à ... Mais on se protège mutuellement toi et moi ? Pas vrai ... Je me fiche bien de leurs intentions à tous, je veux juste qu'ils n'atteignent pas notre parcelle de répit même si elle est infime.
code by Silver Lungs



“So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday.”
Revenir en haut Aller en bas

Samuel Walker
avatar



Articles : 564
Côté coeur : célibataire endurci mes pauvres enfants avec mon boulot je peux pas me permettre autre chose que des coups d'un soir!
Job : Agent de la CIA - Nom de couverture Ethan Lynch, job: garde du corps de Thomas Adams
Copyright : (c)So


Feuille de personnage
Tes rps en cours:
Dans ton ipod:
Tes passions:

MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Dim 2 Nov - 14:23

Haut, bas, haut, bas , secousses violentes d'un coeur qui se soulève, tout s'agite si fort que j'en ai le vertige, je m'agrippe à ce corps qui se retrouve tout contre le miens. Un bruit rauque vibre dans ma poitrine, un mélange entre gémissement et soulagement, ses lèvres contre les miennes, sa langue contre la mienne, le gout enivrant de ce baiser intense et délicieusement doux. Tu m'as manqué mon Thomas, si tu savais comme tu m'as manqué. la peur qui me saisit chaque jour semble s'envoler et flotter en appesanteur au dessus de nous, je m'accroche desesperement à toi parce que je sais qu'a deux on ne sombrera pas. Le souffle court, les muscles endormis, ravagés par l'incendie, j'ouvre les paupières pour laisser la beauté de l'ocean m'encercler. La douceur et al chaleur de la caresse des vagues sur ma joue, mes lèvres à la recherche d'un nouveau contact je te laisse me bercer sans aucune résistance. La peur revient, au creux des vagues et mes doigts se crispent dans ta chevelure. Qui tente t il de rassurer lui ou moi? Inutile de connaitre les détails, nous ne pouvons que deviner le type de sanction à ces règles que nous avons enfreintes. Mais nous sommes plus fort que ça n'est ce pas? C'est ce que tu tentes de me dire... Je t'enlace dans le silence, laissant mon nez et mes lèvres couvrir de douceur réconfortante la peau à ma portée. Et si je laisse ton parfum m'enivrer on ne pourra pas m'en vouloir et si je laisse mes mains glisser le long de ce dos c'est juste parce qu'il m'a tant manqué, me rappelant silencieusement qu'il est miens peut importe ce que tentent les autres. -on va pas les laisser nous gacher ça... ce genre de moments... murmurais je au creux de son oreille avant que mon nez ne se noie dans cette chevelure ébène provisoire. Un deux trois baiser le long de ton cou, puis vint le tour de ce visage, tu es magnifique mon ange et je ne parle pas seulement de ce que l'on voit à l'exterieur. Mon regard croise le tiens lorsque je me redresse, laissant nos fronts se coller l'un à l'autre. - cette soirée... cette nuit... elle est rien qu'a nous... il fut un temps ou je me serais moqué de moi même pour prononcer de telles paroles, il fut un temps ou je n'aurais pas compris que l'on puisse être aussi niais... mais en réalité c'était parce que j'ignorais, la véritable définition d'aimer... Mon coeur bondissant dans ma poitrine est en total contradiction avec la lenteur non calculée des caresses de mes mains sur son corps, de celles de mon visage contre le siens. Et malgré le bruit, malgré la musique, malgré l'agitation, un murmure s'élève et recouvre tout de sa puissance: -je t'aime Thomas... sans que je ne sois responsable de mes lèvres et de ma voix, le coeur qui s'exprime sans faire appel au cerveau.. parce que j'en ai besoin.. parce que "trop tard" à manqué d'arriver ce soir parce que je sais... que l'on doit profiter de chaque instants, même infime et ce soir... c'est bien steve et bucky against the world...
code by Silver Lungs


I don't know where you're going But do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm going But I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead
Revenir en haut Aller en bas

Thomas J. Adams
avatar



Articles : 1334
Côté coeur : “If you are ready to cry..to feel the pain..to take the risk? You are ready for love”
Job : Si seulement il pouvait avoir le métier qu'il désire .. en attendant, il se fait embobiné par la cia qui argumente sur son point faible.
Copyright : avatar : minddreamer; code: anaelle; gifs : tumblr


MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Dim 2 Nov - 14:57

THE FANTASTIC FOUR
“ You trade in your reality for a role. You trade in your sense for an act. You give up your ability to feel, and in exchange, put on a mask.”
Je me noies dans les sensations vives de nos corps très soudés l'un contre l'autre, mais je ne peux empêcher un sourire de transpercer quand il me promets que cette soirée sera à nous. Qu'on va laisser tous les restes derrière nous. Nous ne serons jamais un couple banal mais nous pouvons nous octroyer un break, pour un soir, non ? Mais alors que tout n'est que sensations de sa peau sur la mienne, de ses mains sur moi. Mon corps entier se fige. Je me recule assez pour intercepter son regard. Mon coeur manque un battement. - Je t'ai dit, tu n'es pas ... mais soudain je suis frappé par la sincérité et le sérieux de ces trois petits mots. - Oh ... je suis un peu sous le choc.  - oh ... et je manque de mots mais je ne m'attendais pas à cela. Je pensais qu'il me faudrait être patient, qu'il me faudrait le mériter à la sueur de mon front. Merde, je crois que je  suis encore entrain de pleurer, mais pour des raisons différentes. Idiot romantique. Sortant de ma transe, j'aggripe sa nuque avec un peu plus de force, pour dévorer ses lèvres d'un baiser qui n'a rien de timide ou pudique. Il m'aime, il m'aime. Le tout résonne encore dans mon cerveau. Je sens un feu nouveau m'embrasait. Je le laisse s'insinuer par chaque pore de ma peau. J'ai toujours voulu beaucoup de chose sans jamais ne les avoir mais à cet instant précis, je suis déterminé à ne pas laisser mon père m'enlever Samuel, ni la CIA. J'ai fait bien trop de sacrifices mais je ne ferais jamais celui là. Soudain, je quitte ses lèvres et ma bouche se pose contre son cou, marquant sa peau un pâle, le possédant à ma façon. Ma langue tente d'apaiser le picotement du à la monter de sang qui effleure sa peau. Je finis par me détacher au risque de nous mettre dans une position inconfortable alors que nous sommes encore en public.

- Jerk ... Oui parce qu'il me fait chialer comme une gonzesse et que ma réputation en prends sérieusement un sacré cou. Je suis pas un macho, c'est pas mon style mais j'ai quand même un minimum de fierté. Faudrait voir à ce que je ressembles pas totalement à un raton laveur avant qu'on s'échappe des lieux, ca pourrait faire perdre des points niveau sex appeal. Je laisse un rire franchir mes lèvres, un soulagement qui me rends un peu hystérique de par le poids soudain en moins sur ma poitrine. Je m'empare de ses lèvres, non sans murmurer contre ces dernières. - Je t'aime ... je t'aime ... Parce que c'est le moment où je peux me laisser libre de le dire. Non ? Ou peut être parce que les émotions ont été à leur paroxysme. Je finis cependant par retrouver un semblant de convenance et laisse ma main glisser le long de son corps. - Qu'est-ce que je donnerais pas pour me mettre à genoux et m'occuper de toi alors que tu porte encore ce costume ... Je ponctue ma phrase en laissant mes dents, accrochait la chair de son oreille. Non, ce n'est pas un spectacle, ce n'est pas un show, c'est moi me montrant sincère avec lui, et parce que je sais que je peux le rendre fou de désir pour moi. Je finis par me reculer et tapoter son toast avant de reculer et de lui offrir un sourire sincère. Mettant les ombres de côté pour le moment - mais avant tout, on doit profiter de cette fête ... j'ai pas encore testé un seul de ses attrapes nigauds .... Tu vas pouvoir te retenir de la jouer garde du corps si on prends le risque d'affronter quelques zombies ? Je ne cache pas le petit sourire en coin avant de rajouter avec facétie. - Quoique je n'ai rien contre une garde rapproché de mon corps.
code by Silver Lungs



“So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday.”
Revenir en haut Aller en bas

Samuel Walker
avatar



Articles : 564
Côté coeur : célibataire endurci mes pauvres enfants avec mon boulot je peux pas me permettre autre chose que des coups d'un soir!
Job : Agent de la CIA - Nom de couverture Ethan Lynch, job: garde du corps de Thomas Adams
Copyright : (c)So


Feuille de personnage
Tes rps en cours:
Dans ton ipod:
Tes passions:

MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Dim 2 Nov - 20:26

Comme vidé de toute énergie après avoir prononcé ces trois petits mots, c'est le regard luisant et les muscles anesthésié que j'ai la sensation de flotter au dessus du sol. le visage rougissant légèrement lorsque je vois Thomas perturbé, adorable image qui n'est pas sans provoquer un léger pincement au coeur, la peur, l'insécurité... Trop tôt? Trop vite? Innaproprié, j'ai peut être laissé ça échapper d'une manière incorrecte, mais il m'en voudra pas n'est ce pas? J'espère... Je pense que non, la violence de la collision de ses lèvres contre les miennes, son corps épouse le miens te je m'y accroche fermement, un baiser intense, des sensations intenses, une réponse silencieuse à mes paroles chassant l'appréhension. Et tout ça m'a sévèrement secoué, comme tes yeux luisant, ton visage rempli d'émotion et ces mots qui explosent contre mes lèvres dans une nouvelle démonstration physique. Mais il n'en a pas finit avec moi, comme si c'était pas suffisant, mon coeur qui joue au yoyo et les vertiges me contraignant à m'agripper à lui, il va plus loin. Provocation? Simple expression naturelle de ce qui est en train de naitre au creux de mes reins, de mon ventre, la chaleur, l'envie... Je suffoque presque sentant la morsure délicieuse y imprimant sa marque, sur moi... délicieuse définition qui me tourne un peu plus la tête, mes doigts s'enfoncent dans le tissu de tes vetements, je t'incite presque à continuer par ma façon de m'accrocher, respirer? Grogner? Je ne sais quoi d'autre... A vrai dire je ne suis plus tellement en capacité de réfléchir, le bleu s'obscurcissant de désir, la bouche entrouverte crachant de l'air brulant alors que tu t'échappes en douceur.    -hein? quoi?  murmurais je complètement sonné, tout simplement parce que j'ai bien du mal à faire les connections et ce n'est pas m'aider que reprendre par un nouveau sous entendu. Je finis tout de même par grimacer, violente pression un peu plus bas, mon costume est bien trop serré, j'ai chaud, j'étouffe, je tire sur le col puis.. la ceinture grimaçant de plus belle en constatant l'ampleur des dégats. Mais ce coup i j'ai bien du mal à croiser ton regard et je remercie le décor  et mon masque camouflant mes rougeurs. Un rire nerveux et je plaque mon bouclier sur mon entrejambe, parce qu'il a suivit mon regard  - j'crois que je viens de trouver une ou deux autres façon d'utiliser ce bouclier... sympa le cache bambou hein? Attends un peu tu ne paies rien pour attendre. Si je le dégage de cet endroit un instant c'est pour le cogner doucement sur sa tête affichant un regard faussement sévère.    -alors c'est ou zombi land?. demandais je sur un ton marquant l'impatience, ouais parce que j'ai besoin de me distraire au risque de me payer une méchante crampe. Je le fais pas trainer en le contraignant à se retourner pour me guider, mais je sus bon joueur et il l'a bien cherché, une main glisse sous son bras jusqu'à son ventre et l'autre s'enroule autour de son cou pendant que nous sommes en train de marcher à travers la pièce. Mon nez dans son cou, mes lèvres caressant son oreille d'un murmure brulant -tu devrais t'méfier on ne sait jamais sur quoi on peut tomber dans le noir.. phrase sans ambiguité, sachant pertinemment que mon corps tout contre le siens ne laisse pas la place à ça. Bon faut pas déconner Sam restes pas trop longtemps comme ça sinon la crampe va devenir sévère et bien plus vite que tu ne le penses! Ma main rejoint la seconde autour de sa taille et je tapotte mon bouclier en douceur avant d'ajouter sur un ton provocateur  -si t'es sage p'tet que j'te le preterais.. en cas d'besoin....  on parle du bouclier hein? Oui enfin avec les sous entendu qui vont avec...
code by Silver Lungs


I don't know where you're going But do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm going But I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead
Revenir en haut Aller en bas

Thomas J. Adams
avatar



Articles : 1334
Côté coeur : “If you are ready to cry..to feel the pain..to take the risk? You are ready for love”
Job : Si seulement il pouvait avoir le métier qu'il désire .. en attendant, il se fait embobiné par la cia qui argumente sur son point faible.
Copyright : avatar : minddreamer; code: anaelle; gifs : tumblr


MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Jeu 6 Nov - 17:17

THE FANTASTIC FOUR
“ You trade in your reality for a role. You trade in your sense for an act. You give up your ability to feel, and in exchange, put on a mask.”
Oh que j'aime savoir que je lui fais cette effet, et c'est peut être la raison pour laquelle j'affiche un sourire fier de moi alors qu'il dissimule sa réaction physique sous le bouclier. Pourquoi, j'ai parlé de zombie, moi déjà ? On aurait du directement rentré chez lui. Non, non Thomas, il faut que votre relation soit autre chose que du sexe. C'est un rare instant qui vous est offert, profite en, au lieu de laisser ton esprit partir dans des lieux peu recommandables. D'ailleurs, Sam semble bien déterminait à trouver le pays de the walking dead, même si je ne sais pas trop où on doit aller pour cela. Mais c'est une monstrueuse technique de diversion, pour m'attaquer. Monstre, comment ose tu faire ce genre de provocation à ma libido. Bref, je me niche un peu plus contre lui, et j'en profite peut être un peu pour me trémousser tout en lui offrant un sourire par dessus mon épaule. Même si ma condition commence à ne pas être du meilleur goût non plus. Surtout avec ses lèvres dans mon cou, ses mots brûlants. Je défaille et je résiste à l'impulsion de céder, me complaisant dans cette séduisante torture, qui ne ferait qu'aiguiser notre désir mutuel. Je laisse un rire franc éclaté mes lèvres, heureux avant de secouer la tête à sa dernière proposition. Je sens que le jeu de rôle va peut être rentré en ligne de compte si il continue à titiller mes perversions de cette manière.

- Attention ... On dirait que tu oublie à qui tu as à faire, babe ... Je laisse un ronronnement remplir mes mots. Lascifs et confortables. Je ne me décolle pas vraiment de son emprise, bien au contraire. Je continue à traverser la salle, croise une jolie blonde de loin, alors que je m'apprête à remettre mon masque pour faire face à la foule, et éviter une reconnaissance inconvenante. Je lui adresse un clin d'oeil complice, tout en posant mon doigt contre ses lèvres pour lui faire signe que c'est un secret et je remets en place mon garde fou. Je sais qu'elle risque de m'en vouloir de ne pas avoir donner de nouvelles et me pointer à la soirée, mais je lui expliquerais dès demain par téléphone. De toute façon, aux vues de la position dans laquelle je me tiens, je ne doute pas qu'elle en viendra à ses propres conclusions. Même si elles seront en partie erronés. D'ailleurs, notre secret, j'ignore encore à quel point il doit rester secret, et quand nous nous avançons dans un couloir sombre et plus désert, assez pour me permettre de retirer ma muselière en plastique, je finis par me stopper, posant l'arrière de ma tête contre son épaule et me servant d'une de mes mains pour la poser sur sa nuque et ramener sa tête un peu plus en avant tout en tournant la mienne de manière à rencontrer ses lèvres. Un délicieux baiser, qui me permet de rassembler assez mon courage. On ne peut pas m'en vouloir d'être un peu ... peureux et d'avoir peur de mal faire. C'est un peu compliqué toute cette relation.  

- Dis moi ... Le secret d'état, j'ai bien saisi qu'il est essentiel ... Je finis par plonger mon regard sur lui. Le son de ma voix est un peu tremblant, et je maltraites ma lèvre inférieure, hésitant à poursuivre mais si on ne peut rien se dire alors autant faire une croix dès le départ sur cette relation, non ? - Je me demandais ... Personne ne doit être au courant ? Je veux dire ... J'ai un peu envie de crier mon bonheur à la face du monde, et je sais que c'est impossible mais ... peut être le dire à ma meilleure amie ... Non  ? Enfin t'as le droit de dire, non. Mais je veux dire ... j'ai pas envie de lui mentir quand elle me demandera des détails sur ma vie ... et humm j'ai un peu envie de me vanter de t'avoir à moi. Je rougis légèrement et bénit la pénombre de le cacher. - Mais si tu ne veux pas, je resterais muet comme une tombe, parole de scout ... Oui, je sais j'ai jamais été scout mais tu vois ce que je veux dire.
code by Silver Lungs



“So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday.”
Revenir en haut Aller en bas

Samuel Walker
avatar



Articles : 564
Côté coeur : célibataire endurci mes pauvres enfants avec mon boulot je peux pas me permettre autre chose que des coups d'un soir!
Job : Agent de la CIA - Nom de couverture Ethan Lynch, job: garde du corps de Thomas Adams
Copyright : (c)So


Feuille de personnage
Tes rps en cours:
Dans ton ipod:
Tes passions:

MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Dim 23 Nov - 10:42

La malice ne ternissant pas les paillettes scintillant dans les prunelles de mes yeux, alors que je sens ton corps chaud se mouvoir contre le miens, effectivement le jeu le défi est peut être innocent, mais mon compagnon bat des records à ce niveau là. Avais je oublié que j'en avais fait les frais à de nombreuses reprises? Peut être pas, mais peut être que je me laissais tout simplement emporté par l'ivresse du moment. Dans un coin de mon cerveau une voix remplie de gratitude se fait entendre, celle qui le remercie silencieusement de ne pas profiter de l'instant pour entamer une danse sensuelle qui aurait pu nous entrainer tout deux dans une position délicate. Je ris à ces paroles, parce que sous la vague plaisanterie se cache une part de vérité. Ne cherchant pas à pousser plus loin la provocation je me contente de grignoter en douceur la peau de son cou se trouvant à ma portée. Le masque tombe dans le noir, l'obscurité qui semble être notre part intime de lumière, le voile s'abaisse et les vérités se dévoilent. Je t'écoute silencieusement sentant mon coeur se serrer par l'appréhension, peur de mal faire, peur de dire quelque chose de travers, un lourd secret à porter, pesant sur ta vie. Je m'en veux un peu plus de t'imposer ça, mais il semblerait que l'accord soit scellé. Faire avec... nous n'avons pas d'autre choix pour le moment. J'étais prêt à lui dire de garder ce secret, manque de confiance, peur que nous soyons séparé... mais c'était sa meilleure amie... elle garderait probablement le secret, comme le ferait Oliver si je venais à le lui dire. D'ailleurs.. il est peut être temps de le lui confier non? Mes lèvres sur sa tempe déposent tendresse et réconfort tandis que je murmure contre cette chevelure devenue longue pour la soirée  -la blonde des magasines? Hum...  saisissant son poignet je le fais tourner sur lui même, me retrouvant face à lui et ne retenant pas la pulsion d'effleurer ce visage découvert du bout des doigts. - Je suppose que c'est un bon point pour moi. répondis-je avec un sourire en coin. De quoi alléger légèrement la discussion et cette pointe de jalousie à l'égard de la jeune femme. Je ne le lui cache pas, lui révélant à demi mots que je serais plutôt ravi qu'elle sache que tu es a moi mon ange. Mon nez glisse sur le siens, mes lèvres effleurent les siennes, la crainte ne s'envole pas, dans une situation qui pourrait causer notre perte    -elle ne travaille pas pour la cia? je tente de camoufler le tout mais el ton de ma voix ne transpire pas l'assurance... Pourtant je finis par le lui avouer:   -Si tu lui fais confiance... alors je lui fais confiance... en gros je te fais confiance, totalement, pour ne pas nous mettre en position délicate, nous faire sauter sans filet de sécurité dans une chute vertigineuse. Si elle compte tant pour toi, je ne pourrais m'opposer à ce qu'elle fasse complètement partie de ta vie, après tout elle était là avant moi right?
code by Silver Lungs


I don't know where you're going But do you got room for one more troubled soul? I don't know where I'm going But I don't think I'm coming home and I said I'll check in tomorrow if I don't wake up dead
Revenir en haut Aller en bas

Thomas J. Adams
avatar



Articles : 1334
Côté coeur : “If you are ready to cry..to feel the pain..to take the risk? You are ready for love”
Job : Si seulement il pouvait avoir le métier qu'il désire .. en attendant, il se fait embobiné par la cia qui argumente sur son point faible.
Copyright : avatar : minddreamer; code: anaelle; gifs : tumblr


MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   Sam 29 Nov - 17:50

THE FANTASTIC FOUR
“ You trade in your reality for a role. You trade in your sense for an act. You give up your ability to feel, and in exchange, put on a mask.”
Je suis un peu nerveux, un peu inquiet de sa réaction à l'égard de ma requête mais ses lèvres sur ma tempe me rassure, et je laisse échapper le souffle que je ne me rendais pas compte retenir. J'esquisse un léger sourire en entendant la décrire, je repense un peu trop à cette dispute qui a fini par ... Je ferme les yeux. Je savoure la chaleur de son corps contre le mien, mes doigts glissent légèrement le long de son dos, redessinant la colonne vertébrale se devinant sous le tissu le recouvrant. J'ai encore du mal à me rendre compte que c'est vrai ... qu'on est là tous les deux, que je suis quelque chose qu'il ne veut pas perdre au profit de quelqu'un d'autre. Je suis ridicule mais soudain, je n'ai aucune envie de prolonger cette soirée banale ... Mes belles résolutions s'écoulent alors que mon âme me réclame la preuve vive qu'il est à moi. Je calme mes ardeurs cependant et me limite à laisser mes dents s'emparait délicatement de sa mâchoire un instant, lui répondant en silence qu'il n'a rien à craindre de personne. Je lui suis dévoué. Cependant la réalité n'est jamais loin, et c'est avec une certaine amertume que j'en suis venu à l'accueillir. Sa peur est réelle, et je déteste cela, que je sois celui qui engendre cette angoisse parce que je ne veux pas renoncer à ce qu'il m'apporte. Je dépose un baiser léger sur ses lèvres à son dernier aveu, mon sourire se dessinant avec prudence.

- Don't worry, baby ... Je laisse mon corps se détachait légèrement de manière à pouvoir plonger mon regard dans le sien plutôt que de me préoccuper à chercher à me fondre tout contre ce corps que j'aime tant. - Elle est garde côte ... Et elle sait garder un secret. Crois moi, il y a une époque où j'aurais préféré qu'elle ne soit pas aussi douée pour les garder. Je laisse mon regard glissait dans le vague, je ne peux pas effacer le passé. Je ne peux pas réparer les torts que la vie cruelle à causer aux personnes qui me tiennent le plus à coeur. Ce n'est certainement pas mon histoire à répandre, mais les expériences m'ont appris que si la situation l'exige, mon amie d'enfance s'est gardé pour elle la vérité, même si c'est à ses dépends. J'aurais aimé être aussi brave qu'elle, ou même que l'homme me faisant face. Je lui offre un sourire, avant de glisser ma main dans la sienne et de reprendre notre marche vers le repère de zombie. - Quand tu seras assez à l'aise, je te la présenterais et je te donne l'autorisation de mettre tes mains partout sur moi pour lui rappeler à qui j'appartiens. Je jette un coup d'oeil par dessus mon épaule et lui adresse un clin d'oeil complice. - Bien que tu n'es pas besoin d'attendre de la rencontrer pour mettre tes mains partout sur moi, ceci dit. J'agite mes sourcils avant de serrer sa main avec peu de force, mais dans un aveu silencieux. - Est-ce que j'aurais le droit de faire de même si tu décide de me présenter un jour ce fameux ami dont je suis jaloux depuis que tu as évoqué son prénom lors de notre escapade forcé ? Parce que j'envisage un futur ou tout cela est possible, peut on m'en vouloir ?
code by Silver Lungs



“So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday.”
Revenir en haut Aller en bas

✘ Contenu sponsorisé ✘






MessageSujet: Re: [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée   

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
White Flag
 :: Morgan’s House Of Horror
-